NOM de ZEUS

Il n’est plus l’heure de rien et pas encore d’autre chose,
l’heure d’une fin de nuit
et pas encore d’un début du jour.

Il est venu
Il est parti.
Il est revenu
Se retournant sans cesse
Retournant sa grande veste.
Arrivé Nord Il est passé Ouest
Parti Sud s’en est tourné Est.
Nous a soufflé dans les bronches, a arraché des branches.
A distribué de grandes baffes, s’est insufflé dans nos cerveaux…

Le Père n’a pas bougé
Mais la Mer a riposté :
Elle s’est enflée et
De colère blanche a écumé.
Tout y est passé ;
Ce qu’elle portait en elle, elle a vidé,
Ce qui posait sur elle a fait voler.

Il voulut rentrer
Oui
Mais ne sut où aller
De dépit alors a continué à siffler
Puis de guerre lasse s’est retiré
Nous laissant dans sa traîne
Pétrifiés
Médusés.

Il n’est plus l’heure de rien et pas encore d’autre chose,
l’heure d’une fin de nuit
et pas encore d’un début du jour.

Non loin, ici, ailleurs,
La corne de brume brame toujours.

Une dépression, baptisée Zeus, a traversé le pays du lundi 6 mars au matin jusqu’à la nuit suivante. Modérément creuse (995 hPa en son contre), elle s’est caractérisée par des rafales de vent particulièrement violentes sur le littoral breton.

Publicités

3 commentaires

  1. Bon jour,
    Un maelstrom dont la gouverne motale est tenue contre vents et marées en ces belles lignes flottaisons 🙂
    Max-Louis

Et vous, vous en dites quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s