GABRIEL

IMG_20150104_161552
Après-midi de grisaille, dimanche, bord de mer, promeneurs, « Il » est venu afficher de nouveaux textes.
A enlevé les anciens. Le morceau de ficelle avec.
Chaque semaine, ou presque. Fin de semaine plus exactement quand les badauds sont les plus nombreux.
Il, Gabriel, un écrivain qui depuis des années, marées après marées, accroche ses textes. Feuille blanche A4 recouverte d’un plastique sur un morceau de carton. Sur les lampadaires.

Pas n’importe lesquels de lampadaires. Ceux du bord de mer. Uniquement ceux-là…

Les badauds savent. S’arrêtent, lèvent la tête, tapent des pieds pour se réchauffer, enfoncent les poings dans les poches. Et lisent. Ceux qui savent et le retrouvent là immanquablement, sur un lampadaire. Ceux qui ne savent pas et, intrigués par ce marquage, finissent au court de leur promenade par s’arrêter. Et lire…

Chaque semaine. Sur le bord de mer.
Un ange passe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Et vous, vous en dites quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s